Lectures bibliques du 22 octobre 2017

lundi 16 octobre 2017 0

Esaïe 45, 1 – 6

Ainsi parle le SEIGNEUR à son messie :
A Cyrus que je tiens par sa main droite,
pour abaisser devant lui les nations,
pour déboucler la ceinture des rois,
pour déboucler devant lui les battants,
pour que les portails ne restent pas fermés :
Moi-même, devant toi je marcherai,
les terrains bosselés, je les aplanirai,
les battants de bronze, je les briserai,
les verrous de fer, je les fracasserai.
Je te donnerai les trésors déposés dans les ténèbres,
les richesses dissimulées dans des cachettes :
ainsi tu sauras que c’est moi le SEIGNEUR,
celui qui t’appelle par ton nom, le Dieu d’Israël.
C’est à cause de mon serviteur Jacob,
oui, d’Israël, mon élu,
que je t’ai appelé par ton nom ;
je t’ai qualifié, sans que tu me connaisses.
C’est moi qui suis le SEIGNEUR, il n’y en a pas d’autre,
moi excepté, nul n’est dieu !
Je t’ai mis le ceinturon, sans que tu me connaisses,
afin qu’on reconnaisse, au levant du soleil
comme à son couchant, qu’en dehors de moi : néant !

I Thessaloniciens 1, 1 – 5

Adresse et salutation
Paul, Silvain et Timothée à l’Eglise des Thessaloniciens qui est en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus Christ. A vous grâce et paix.

La foi des Thessaloniciens en l’Evangile
Nous rendons continuellement grâce à Dieu pour vous tous quand nous faisons mention de vous dans nos prières ; sans cesse, nous gardons le souvenir de votre foi active, de votre amour qui se met en peine, et de votre persévérante espérance, qui nous viennent de notre Seigneur Jésus Christ, devant Dieu notre Père, sachant bien, frères aimés de Dieu, qu’il vous a choisis. En effet, notre annonce de l’Evangile chez vous n’a pas été seulement discours, mais puissance, action de l’Esprit Saint, et merveilleux accomplissement. Et c’est bien ainsi, vous le savez, que cela nous est arrivé chez vous, en votre faveur.

Matthieu 22, 15 – 21

Le tribut à César

Alors les Pharisiens allèrent tenir conseil afin de le prendre au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, avec les Hérodiens, pour lui dire : « Maître, nous savons que tu es franc et que tu enseignes les chemins de Dieu en toute vérité, sans te laisser influencer par qui que ce soit, car tu ne tiens pas compte de la condition des gens. Dis-nous donc ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer le tribut à César ? » Mais Jésus, s’apercevant de leur malice, dit : « Hypocrites ! Pourquoi me tendez-vous un piège ? Montrez-moi la monnaie qui sert à payer le tribut. » Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

Extraits de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB), 2010


Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *