Lecture de la Bible du dimanche 3 décembre 2017

mercredi 29 novembre 2017 0

Premier dimanche de l’Avent

Esaïe 63.16-19

C’est que notre Père, c’est toi !
Abraham en effet ne nous connaît pas,
Israël ne nous reconnaît pas non plus ;
c’est toi, SEIGNEUR, qui es notre Père,
notre Rédempteur depuis toujours, c’est là ton nom.
Pourquoi nous fais-tu errer, SEIGNEUR,
loin de tes chemins,
et endurcis-tu nos cœurs
qui sont loin de te craindre ?
Reviens, pour la cause de tes serviteurs,
des tribus de ton patrimoine.
C’est pour peu de temps
que ton peuple saint est entré dans son héritage ;
nos agresseurs l’ont écrasé, ton sanctuaire !
Et depuis longtemps nous sommes
ceux sur qui tu n’exerces plus ta souveraineté,
ceux sur qui ton nom n’est plus appelé.
Ah ! si tu déchirais les cieux et si tu descendais,
tel que les montagnes soient secouées devant toi.

Esaïe 64.1-7

Tel un feu qui brûle des taillis,
tel un feu qui fait bouillonner des eaux,
pour faire connaître ton nom à tes adversaires ;
les nations seraient commotionnées devant toi,
si tu faisais des choses terrifiantes, que nous n’attendons pas :
tu descendrais, les montagnes seraient secouées devant toi.
Jamais on n’a entendu,
jamais on n’a ouï dire,
jamais l’œil n’a vu
qu’un dieu, toi excepté,
ait agi pour qui comptait sur lui.
Tu surprends celui qui se réjouit de pratiquer la justice,
ceux qui sur tes chemins se souviennent de toi.
Te voilà irrité, car nous avons dévié ;
c’est sur ces chemins d’autrefois que nous serons sauvés.
Tous, nous avons été comme l’impur,
et tous nos actes de justice, comme les linges répugnants ;
tous, nous nous sommes fanés comme la feuille,
et nos perversités, comme le vent, nous emportent.
Nul n’en appelle à ton nom,
nul ne se réveille pour t’en saisir,
car tu nous as caché ton visage,
tu as laissé notre perversité nous prendre en main
pour faire de nous des dissolus.
Cependant, SEIGNEUR, notre Père c’est toi ;
c’est nous l’argile, c’est toi qui nous façonnes,
tous nous sommes l’ouvrage de ta main.

1 Corinthiens 1.3-9

A vous grâce et paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
Je rends grâce à Dieu sans cesse à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été donnée dans le Christ Jésus. Car vous avez été, en lui, comblés de toutes les richesses, toutes celles de la parole et toutes celles de la connaissance. C’est que le témoignage rendu au Christ s’est affermi en vous, si bien qu’il ne vous manque aucun don de la grâce, à vous qui attendez la révélation de notre Seigneur Jésus Christ. C’est lui aussi qui vous affermira jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus Christ. Il est fidèle, le Dieu qui vous a appelés à la communion avec son Fils Jésus Christ, notre Seigneur.

Marc 13.33-37

Veillez

« Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le moment. C’est comme un homme qui part en voyage : il a laissé sa maison, confié à ses serviteurs l’autorité, à chacun sa tâche, et il a donné au portier l’ordre de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison va venir, le soir ou au milieu de la nuit, au chant du coq ou le matin, de peur qu’il n’arrive à l’improviste et ne vous trouve en train de dormir. Ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez. »

Extraits de la Traduction œcuménique de la Bible, 2010


Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *